Orantes
Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle

La rencontre avec Jean le Baptiste pendant l’Avent

Rencontre avec Jean le Baptiste

L’Avent : temps du désir de Dieu, temps d’éveil à sa présence, temps d’espérance qui nous prépare joyeusement à la venue du Christ. Marc nous donne le
ton dès le début de son évangile : « Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu » (Mc 1, 1). Marc n’annonce pas un scoop qui s’efface avec le
temps, non, c’est la Bonne Nouvelle que dans la Bible on attendait depuis si longtemps, celle qui vient de Dieu.

Elle est liée au bonheur, au salut, à la plénitude de la vie. Elle ouvre un nouveau testament, une nouvelle création, une libération pour tous. Cette Bonne Nouvelle, c’est quelqu’un : Jésus le Christ, Messie et Fils de Dieu.

Une voix crie dans le désert cette Bonne Nouvelle à venir. C’est Jean Baptiste qui prépare le chemin du Seigneur. Sa prédication est toute centrée sur Jésus. Le Baptiste s’efface devant celui qui « baptisera dans l’Esprit Saint » (Mc 1, 8). Si j’avais eu à le rencontrer, par exemple pour un reportage à l’émission Le Jour du Seigneur, voici ce que cela aurait pu donner.

Entretien avec Jean Baptiste

L’an quinze du principat de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode tétrarque de Galilée, la parole de Dieu s’est adressée à toi, Jean, fils de Zacharie, qui vit au désert de Judée. Tu proclames un baptême de repentir pour la rémission des péchés. Que dis-tu aux foules ? « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche »! (Mt 3, 2).

Que devons-nous faire ?

« Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas; et celui qui a de quoi manger qu’il fasse de même » (Lc 3, 10).
Ce repentir ne passe-t-il pas aussi par l’humilité et la foi en celui qui baptise dans le feu de l’Esprit ? « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau; lui vous baptisera avec l’Esprit Saint » (Mc 1, 7-8)

Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le prophète ?
« Moi, je baptise dans l’eau. Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas » (Jn 1, 26).

Montre-nous celui que nous ne connaissons pas ?
« Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël » (Jn 1, 29-31).

Cet Agneau de Dieu est venu à toi pour se faire baptiser. Qu’as-tu vu ?
« J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : « L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint » (Jn 1, 32-33).
Quel témoignage lui rends-tu? « C’est lui le Fils de Dieu » (Jn 1, 34).

Prière

Le précurseur du Christ
Qu’attends-tu, veilleur de Dieu?
Ne vois-tu pas l’Agneau qui vient?
Ne sens-tu pas en toi son feu?
Serait-ce lui qui prend ta main?

Précurseur au Jourdain
pour baptiser avec de l’eau
le Christ qui baptise dans l’Esprit,
tu es le prophète du Royaume aperçu.

Et ta clarté s’éteint dans le cachot d’Hérode
pour que brille l’éternelle lumière du Verbe,
et ta voix s’amplifie dans le martyre
pour que crie la Parole faite chair.

Soutiens-nous dans nos déserts.
Rends brûlant le désir de notre coeur.
Entretiens la lampe de notre prière.
Montre-nous le chemin du Seigneur,
en ce temps de l’Avent qui nous prépare
à la naissance du Christ en nous et dans le monde.

Jacques Gauthier