Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle
gallery/autelbonnelle

Orantes de l'Assomption, nous sommes une congrégation de vie contemplative. Jésus-Christ dans son Eucharistie en est le centre. Notre mission dans l'église est de continuer la prière ininterrompue et unanime de la Vierge Marie et des premiers disciples. En union avec la famille de l'Assomption, nous désirons ardemment le Royaume qui vient. Contemplation et présence au monde se rejoignent (Règle de Vie  n°1)

Les Orantes de l’Assomption ont été fondées le 8 décembre 1896 à Paris, au 14 rue Berton chez les Oblates de l'Assomption par Isabelle de Clermont-Tonnerre, Comtesse d'Ursel - et par le Père François Picard (2ème supérieur général des Augustins de l’Assomption à la suite du Père d’Alzon) pour prier pour les œuvres de l’Assomption et pour l’Église. Mère Isabelle a voulu pour nous une vie donnée dans la prière, dans la vie fraternelle et l’attention aux besoins du temps et des personnes. De spiritualité Augustinienne, nous cherchons à porter en tout un regard contemplatif. Notre vie quotidienne est rythmée par l’oraison silencieuse du matin, la prière liturgique de l’office et l’adoration eucharistique. C’est là que nous puisons cet esprit d’adoration qui doit rayonner dans toutes les réalités de notre vie. L’unification de nos vies se fait progressivement au contact du Christ dans le travail, dans les services que l’on nous demande, dans la prière quotidienne et chacun de nos souhaits personnels légitimes.

Mère Isabelle, parlant de ce que doit être l'âme contemplative au milieu du monde définit par là même la mission des orantes de l'Assomption aujourd'hui "Comment des occupations extérieures me sépareraient-elles de Lui si je comprends bien ma mission ? Ne s'agit-il pas de porter Jésus aux âmes ? Donc il faut qu'il soit avec moi. Mais je puis le donner sans le perdre; et même je le possède d'autant plus que je le donne. C'est un feu sacré qui s'embrase de plus en plus en se communiquant. Donc que j'aille aux âmes avec Jésus et je rapporterai Jésus... Jésus au centre du coeur et rayonnant sur tout ce qui vous entoure..." (M. Isabelle, le 29 juillet 1893, lors d'une retraite à Paris chez les O.A)

Ce rayonnement passe par notre désir de favoriser la vie contemplative par le recueillement et la prière continue, la vie fraternelle et la mission (Actes du chapitre 2011). Les Orantes de l'Assomption se consacrent à la prière pour les œuvres de l’Assomption, pour les prêtres, pour l’Eglise et pour le monde. De spiritualité Augustinienne, elles cherchent à vivre en communauté ce conseil de Saint Augustin "avoir une seule âme et un seul coeur tournés vers Dieu". Nous désirons être disponibles devant Dieu, avec nos sœurs, être attentives à ceux qui nous entourent. Nous cherchons à donner notre vie, à la « livrer » dans cette triple présence. Nous vivons la prière, la vie fraternelle et l’attention aux besoins des personnes dans nos sociétés respectives, comme trois dimensions à conjuguer dans notre quotidien. 

"Prier, donner envie de prier, aider à pénétrer plus avant dans la prière" RV62, telle est la mission qui nous envoie vers nos frères sur toute la terre. La dimension missionnaire est un aspect capital de la vie orante. Cette mission, qu'elle soit "ad intra" ou "ad extra" est vécue dans une démarche d'inculturation, d'inter-culturalité et d'internationalité puisque, de part leur état actuel, nos communautés sont multiculturelles.

Contemplation et présence au monde se rejoignent. Il n'y a pas de prière sans conversion du cœur et celle-ci se vérifie dans notre relation aux autres et notre rapport au monde

... Mais Dieu veut ce travail, ce défrichement des vertus de tous les jours, et je voudrais vous inculquer d'être toujours orantes, non seulement à la chapelle, à l'office, mais partout ; Orantes des pieds à la tête, dans toutes les actions de l'obéissance, dans toutes vos paroles, vos pensées; que l'Orante soit toujours en prière; et pour être toujours en prière, il faut être dans l'obéissance, la régularité... Instruction de Mère Isabelle sur la prière, décembre 1915

Notre charisme