Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle

Lectio Divina, Lecture priante de la Parole de Dieu

gallery/bible2

Plusieurs de nos sœurs offrent la possibilité de vivre une retraite de lectio divina avec un accompagnement personnalisé. Une telle retraite peut se faire en ligne pour ceux qui le souhaitent.

En suivant cette parole de Notre Seigneur « Heureux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la garde… », la lectio divina propose un parcours de lecture de la Parole qui conduit à accueillir toujours plus profondément et concrètement la vérité révélée en Jésus-Christ. Il s’agit d’une lecture simple, mais attentive, lente et dense qui n’est en réalité pas si facile à faire. Pour ne pas être superficielle et pouvoir conduire à la contemplation, cette lecture demande silence, disponibilité, gratuité et attention…

Pour plus d’information, consultez http://spiritualite-lectiorante.blogspot.com/

La Lectio Divina – littéralement  »lecture divine » – est une manière de lire la Bible qui cherche à s’accorder à ce qu’elle est profondément. Pour un croyant en effet, Juif ou chrétien, la Bible est à la fois paroles d’hommes et Parole de Dieu. Dans un contact patient, respectueux, voire amoureux du texte biblique, c’est le souffle même de cette Parole qui pénètre dans le corps de l’être humain, c’est sa  »divinité » qui rejoint l’humanité, la façonne, la convertit, la transporte, l’ouvre aux autres et à l’Autre… De ce point de vue, la Lectio Divina pourrait s’appeler aussi  »Lecture sainte ».

Dès les premiers mots de la Bible nous voyons à l’oeuvre le souffle et la parole de Dieu, Gn 1,2-3 ; « par sa parole, le Seigneur a fait les cieux, et toute leur armée par le souffle de sa bouche », chantons-nous en écho au Psaume 33. Cela nous montre combien la parole de Dieu est inspirée, son Verbe est rempli d’Esprit Saint sans mesure, Jn 3,34. Quand, à l’exemple d’Ézéchiel ou de Jean, nous prenons cette parole et la mangeons, Ez 3,1-30 ; Ap 10,8-10, Dieu, comme aux premiers jours de la Genèse, nous façonne, il nous transforme à l’image de son Fils et nous insuffle son Esprit de vie, Gn 1,26 et 2,7. 

La Parole de Dieu nous renvoie sans cesse au Christ. Toutes les Écritures le concernent comme il le fera comprendre aux deux disciples d’Emmaüs, Lc 24,27.44. Il donne leur achèvement, leur plénitude de sens aux promesses faites aux patriarches, aux annonces des prophètes, à l’espérance des psalmistes : partout se découvre peu à peu son visage de Sauveur. Car s’il ouvre notre intelligence et fait brûler notre coeur, c’est pour que désormais et de plus en plus nous nous attachions à Lui sans retour.