Orantes
Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle

Redécouvrir la Sainte Trinité avec l’icône de Roublev

Roublev est un moine russe orthodoxe né vers 1365 et mort vers 1430 ; il était moine dans un monastère situé à 60 km au nord de Moscou (Zagorsk) ; c’est vers 1425 qu’il a réalisé cette icône de la sainte Trinité. Cette icône est actuellement à la galerie Tretiakov de Moscou.

.

L’icône de la Trinité de Roublev se range parmi les icônes dites de l’hospitalité d’Abraham qui est racontée au livre de la Genèse (ch. 18, v. 15). Ce récit donné par la Sainte Écriture de la visite de trois anges à Abraham, a toujours été interprété comme une annonce anticipée de la sainte Trinité. En effet, ce texte, avec le passage du pluriel au singulier et la mention de trois personnages évoque la Sainte Trinité de manière voilée et discrète.

Dans cette icône, André Roublev, moine russe orthodoxe, a laissé tomber le récit historique pour ne s’intéresser qu’au mystère évoqué, celui de la sainte Trinité. Toutefois, l’hospitalité d’Abraham est discrètement mentionnée par la présence à l’arrière plan d’un arbre, qui rappelle le chêne de Mambré et d’une Eglise en haut à gauche de l’icône qui symbolise la tente d’Abraham, à moins que par cette église André Roublev a voulu signifier que, en celle-ci, est rendu un culte parfait au Dieu trinitaire. Mais revenons au mystère de la Trinité que cette icône veut évoquer.

Sur cette icône de Roublev, le Mystère de la sainte Trinité est symbolisé par trois personnages ayant un visage identique : trois personnes et une seule nature, une seule substance, Dieu un et trine. Il n’y a pas unanimité pour déterminer le rôle de chaque personnage.

Cette difficulté à discerner les trois personnes de la sainte Trinité manifeste l’unité de la Trinité et rend délicate l’interprétation à donner aux positions des personnages, à la position des mains, d’autant plus que l’auteur lui-même, Andrej Roublev, n’a pas laissé de commentaire mystique de son icône de la Trinité.

En adoptant l’identification suivante pour les trois personnes de la sainte Trinité : le personnage central le Père, l’ange de gauche l’Esprit-Saint et celui de droite le Fils, l’attitude de chaque personnage peut s’expliquer ainsi : les visages du Père et du Fils sont tournés vers l’Esprit-Saint car, selon le symbole de Nicée-constantinople l’esprit-Saint procède du Père et du Fils, tout en n’oubliant pas que tout ce que le Fils est, provient du Père ; pour cette raison, le corps du Père est tourné vers le Fils. La main droite du Père dirigée vers le Fils accentue l’impression que le Père se donne à l’Esprit-Saint par le Fils selon la traditions grecque.








Dans cette icône de la Trinité de Roublev, la couleur des habits de chaque personnage n’est pas sans signification : le Père est habillé de pourpre, couleur impériale, et la bande jaune sur l’épaule est un insigne des dignitaires impériaux ; le bleu du manteau du Père symbolise la Sagesse. La tunique bleue du Fils, sagesse du Père, et le manteau vert du Fils, couleur de la nature, nous rappelle que la deuxième personne de la sainte Trinité est la Sagesse incarnée. Pour la troisième personne de la sainte Trinité, il est difficile de donner une couleur car l’Esprit-Saint souffle où il veut et on ne sait pas d’où Il vient ; de la même manière on ne peut pas attribuer de couleur aux vêtements du troisième personnage.

Sur cette icône de la Trinité, les regards ne sont pas insignifiants : le Père regarde le Saint-Esprit qui regarde le Fils, et ce dernier pose son regard sur la coupe symbole de l’Eucharistie. Ces regards nous suggèrent que les trois personnes de la sainte Trinité sont en conversation : le Père s’incline vers l’Esprit-Saint pour lui parler et de sa main droite montre le Fils. Que lui dit-il sinon son dessein d’amour d’envoyer le Fils s’incarner pour le salut de l’homme ? Et la réponse du Fils se manifeste par ce regard posé sur la coupe posée sur la table.

Dans la plus part des icônes de l’hospitalité d’Abraham, une tête de veau est représentée dans la coupe, mais ici, un examen attentif de l’original permet de discerner le visage du Christ selon les caractéristiques du Saint-Suaire de Turin. Il ne faut pas oublier la taille de l’icône originale de cette Trinité est assez grande : 142 cm de haut et 114 de large. Il est donc tout à fait possible de dessiner très distinctement un visage dans la coupe. la table sur laquelle est posée la coupe a la forme d’un autel de style romain, en raison de l’ouverture rectangulaire présente sur la face avant : elle permet aux pèlerins de glisser la main pour toucher les reliques présentes à l’intérieur de l’autel selon la coutume romaine.

Le moine russe Roublev, habitué à la contemplation des choses célestes, nous a donc donné, avec cette icône de la Trinité, une icône remplie de symboles au point qu’on a pu dire avec vérité qu’ « il n’existe pas ailleurs une semblable puissance de synthèse théologique, une telle richesse du symbolisme et autant de beauté artistique. » Cette icône de la sainte Trinité est considérée comme le joyau de l’art iconographique orthodoxe.