Orantes
Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle

C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau !

C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau !

R/ C’est le mois de Marie, C’est le mois le plus beau
À la Vierge chérie, Disons un chant nouveau.

– 1 –
Ornons le sanctuaire, De nos plus belles fleurs
Offrons à notre Mère, Et nos chants et nos coeurs.

– 2 –
Vierge, que ta main sème, Et féconde en nos coeurs
Les vertus dont l’emblème, Se découvre en ces fleurs.

 – 3 –
Montre-toi notre Mère, De tes enfants chéris
Reçois l’humble prière, Pour l’offrir à ton Fils.

– 4 –
Prends, ô Vierge très pure, Nos présents et nos voeux
Garde-nous sans souillure, Sainte Reine des cieux.

– 5 –
Fais que, dans la patrie, Nous chantions à jamais
Ô divine Marie, Ton nom et tes bienfaits.

«Ô Mère très douce, vous m’appelez et me dites : Si quelqu’un est petit, qu’il vienne à moi. Les enfants ont toujours sur les lèvres le nom de leur mère, et ils l’appellent à chaque danger, frayeur ou difficulté.

Ô très douce Mère, ô Mère très aimante, vous désirez que, pareil au petit enfant, je vous appelle toujours, que j’aie sans cesse recours à vous… Permettez donc que je vous invoque continuellement et vous dise : Ô ma Mère, Mère très aimable ! Ce nom me console entièrement, m’attendrit, me rappelle l’obligation que j’ai de vous aimer.

Ce nom me porte à me confier à vous. Ma Mère, c’est ainsi que je vous appelle et veux vous appeler toujours. Après Dieu, vous êtes mon espérance, mon refuge, mon amour en cette vallée de larmes.

Ô ma douce Reine et Mère, ravissez les cœurs de vos enfants par l’amour que vous leur témoignez. Ravissez également, je vous en prie, mon pauvre cœur qui désire tellement vous aimer. […] Je veux vous aimer, ô très douce Mère, mais je crains, en même temps, de ne pas bien vous aimer, car j’entends dire que l’amour rend les amants semblables aux personnes aimées…

Or, je me vois si dissemblable de vous ! Serait-ce donc un signe que je ne vous aime pas ? Vous êtes si pure, et moi si impur ! Si humble, et moi si orgueilleux ! Si sainte, et moi si unique ! Mais puisque vous m’aimez, rendez-moi semblable à vous ; c’est là ce que vous devez faire, ô Marie. Vous avez la puissance de changer les cœurs, prenez donc le mien et transformez-le. Montrez au monde combien est grand votre pouvoir en faveur de ceux que vous aimez ! Sanctifiez-moi et faites que je sois votre digne fils. » (cf. St Alphonse)

C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau !

“C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau. À la Vierge chérie disons un chant nouveau…” dit le cantique.

Pour honorer Marie, essayons durant tout le mois de mai, de prier le Rosaire, la prière mariale par excellence. On pourrait, chaque semaine, consacrer l’un des quatre mystères du Rosaire : les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux, on pourra ainsi recueillir les fruits des différents mystères et d’en goûter le sens.

Quelques pensées du Père Picard