Orantes
Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle

Vivre la Semaine missionnaire mondiale

Disciples d'Emmaüs

A partir du message du pape François, nous vous proposons quelques pistes de réflexion sur la Semaine missionnaire mondiale.

L’action missionnaire est une urgence. Elle nécessite la coopération de tous les membres à tous les niveaux. C’est un objectif essentiel du parcours synodal avec trois mots-clés : communion – participation – mission.

Les étapes dans l’Évangile de Saint Luc :

– Les deux disciples sont troublés et déçus,
– Ils rencontrent le Christ dans sa parole et dans le pain rompu,
– Ils se mettent en route pour annoncer le Christ ressuscité,

Trois images dans le texte pour décrire l’itinéraire des disciples-missionnaires

– Cœur brûlant pour les Écritures,
– Yeux ouverts pour reconnaître le Christ,
– Pieds en marche,

1ère étape : Les deux disciples sont troublés et déçus

Les disciples sont déçus. Le Christ en qui ils espéraient a été crucifié. Ils en parlent entre eux et se posent des questions. Jésus prend l’initiative de s’approcher et de marcher avec eux. Aujourd’hui encore, il nous arrive de perdre confiance : le Christ marche à nos côtés. Lorsqu’il s’agit de la mission, c’est de sa mission qu’il s’agit ; nous sommes des collaborateurs volontaires.

Jésus explique les Écritures et leurs cœurs se réchauffent. Les disciples se disent : « notre cœur n’était-il pas tout brûlant ».

Saint Jérôme dit : « C’est le Seigneur qui nous introduit dans les Écritures ». Se laisser éclairer par le Christ, connaître les Écritures est capital pour annoncer le Christ.

Le Pape exprime sa proximité dans le Christ avec tous les missionnaires, surtout ceux qui sont en difficulté. Le Christ voit les efforts et les sacrifices – Il a dit : « Courage, j’ai vaincu la mort ».


Questions que ce passage peut nous poser :

–  De quoi sommes-nous déçus ? Quelles questions nous posons-nous entre nous ?
–  Avons-nous conscience que le Christ marche à nos côtés ?
Quel est notre contact avec l’Évangile ?
–  Quels commentaires et explications recherchons-nous ?
– Comment nous laissons-nous guider ?
– Quelle est ma place dans la mission en tant que serviteur volontaire ?


2ème étape : Ils rencontrent le Christ dans sa parole et dans le pain rompu : Eucharistie

Jésus prend du pain, le bénit, le rompt, le donne
Les disciples le reconnaissent ; ils lui  demandent de rester
Il disparait à leurs yeux
Ils ont consommé le pain et Jésus est en eux
Alors ils se remettent en route

La fraction du pain matériel est un acte missionnaire
La fraction du pain eucharistique est l’action missionnaire par excellence
L’eucharistie est la source et le sommet de la vie et de la mission de l’Église

Benoit XVI  : « Nous ne pouvons pas garder pour nous » – Nous pouvons porter du fruit
Nous sommes  en particulier unis pendant l’adoration

Nous aussi, nous pouvons murmurer :  « Reste avec nous ».

Questions que ce passage peut nous poser :

–  Est-ce que je demande à Dieu de rester ?
–  Est-ce que je le reconnais dans l’Eucharistie ?
–  Est-ce que je prends un temps d’adoration ?
–  Être disciple-missionnaire : qu’est-ce que je partage sur le pain eucharistique ? Sur les grâces reçues ? Sur le pain matériel ?

3ème étape : Ils se mettent en route pour annoncer le Christ ressuscité

Les disciples sont libérés de la tristesse ;  Ils repartent tout joyeux
Ils vont à Jérusalem, c’est-à-dire ils vont retrouver l’Église
Quand on a rencontré le Christ, on ne peut pas ne pas le dire
Témoigner de la vie qui ne meurt jamais, même dans les situations les plus difficiles
Tous ont le droit de recevoir l’Évangile
Les chrétiens doivent estimer l’Évangile comme une joie qui se partage
Notre vie doit être centrée sur le Christ

Chacun peut contribuer à la vie missionnaire par la prière, par son témoignage, par l’offrande de ses sacrifices, par un don financier.

Questions que ce passage peut nous poser :

– Dans quelles circonstances j’ai reconnu le Christ dans ma vie ?
– Est-ce que j’ai été libéré de la tristesse ?
– Quel est mon intérêt pour la mission dans ma paroisse ou le mouvement auquel je participe ?
– Comment est-ce que j’annonce ? Par quel engagement ?
-Comment est-ce que je participe à la Journée Mondiale des Missions ?