Orantes
Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle

Où est passé le quatrième Roi Mage ?

Les Rois Mages exercent depuis toujours une grande fascination, bien qu’on ne sache rien de certain à leur propos. Aujourd’hui, nous souhaitons vous parler d’un personnage dont on sait encore moins : le quatrième Roi Mage

.

L’histoire raconte qu’il y avait quatre Roi Mages : Melchior, Baltazar, Gaspar et Artaban. C’était un homme d’une grande richesse, d’une grande érudition et d’une grande foi. Avec ses compagnons, il avait étudié les Écritures pour connaître le moment où devait naître le Sauveur. Ils savaient qu’une nouvelle étoile apparaîtrait et ils avaient convenu, entre eux, qu’Artaban observerait le ciel depuis sa Perse natale et que les autres l’observeraient depuis Babylone.

Les dons des Mages

Les Rois Mages offrirent à l’Enfant trois dons : orencens et myrrhe. L’or était un des métaux les plus précieux, réservé exclusivement aux Rois, et avec cela le Mage Melchior reconnaissait la royauté de Jésus.

En ce qui concerne le don de Gaspar, c’était une habitude commune d’offrir aux dieux des huiles essentielles et de l’encens et donc l’encens qu’il offrit à Jésus est une manière pour affirmer sa nature divine.

Enfin, Baltazar amenait la myrrhe, utilisée pour produire un onguent précieux utilisé à des fins cosmétiques, mais aussi pour l’ensevelissement des morts. Ce don représentait l’investiture de Jésus à Roi et Dieu et, d’une certaine manière, Son éternité, puisque le même onguent qui lui est offert à sa naissance sera utilisé pour oindre Son corps descendu de la Croix.

Et quel don aurait apporté le quatrième Roi Mage ?

Le quatrième Roi Mage, Artaban, amenait avec lui trois perles à offrir à Jésus, grandes comme des œufs de pigeon et blanches comme la lune.

Mais que se passa-t-il ? Artaban n’arriva pas à se rencontrer avec les autres Rois Mages à l’heure établie pour le départ et prit donc la route tout seul pour trouver Jésus. Mais sur le chemin il rencontra de nombreuses personnes pauvres et en difficulté et il leur fit don du précieux trésor qu’il aurait dû apporter au Roi des Rois.
Une perle fut donnée à un moribond, après l’avoir assisté et soigné.
Une perle fut utilisée pour délivrer une jeune fille esclave.
Une perle fut employée pour sauver un enfant qui allait être tué par un soldat du Roi Hérode.

Artaban, le quatrième Roi

Henry Van Dyke, dans son livre « Artaban le quatrième Roi« , raconte l’histoire du quatrième Roi Mage et de ses perles, en l’accompagnant dans son long et interminable voyage à la recherche de Jésus.
Pendant toute sa vie, Artaban continua à voyager, en ramassant des indices, en cherchant des informations sur cet Enfant à qui il aurait dû rendre hommage, guidé par une étoile.

Pour finir, après trente-trois ans, Artaban, désormais âgé et épuisé par son pèlerinage, arriva à Jérusalem. Ainsi, quand il croyait avoir échoué et avoir dédié toute sa vie à pourchasser un rêve inatteignable, Artaban se retrouva face à l’Enfant qu’il avait tant cherché et cela au moment le plus haut et dramatique de Sa mission dans le monde.

Artaban, sur son lit de mort, dialogue ainsi avec lui avec une voix toute douce :

Artaban : « Ah, Maître, je vous ai tant cherché. Oubliez-moi. Autrefois, j’avais de précieux cadeaux à vous offrir. Maintenant je n’ai plus rien. »
Jésus : « Artaban, tu m’as déjà offert tes dons. »
Artaban : « Je ne comprends pas, mon Seigneur. »
Jésus : « Lorsque j’ai eu faim, tu m’as donné à manger, lorsque j’ai eu soif, tu m’as donné à boire, lorsque j’étais nu, tu m’as vêtu. Lorsque j’étais sans un toit, tu m’as pris avec toi. »
Artaban : « Ce n’est pas vrai, mon Sauveur. Je ne vous ai jamais vu affamé, ni même assoiffé. Je ne vous ai jamais vêtu. Je ne vous ai jamais amené dans ma maison. Pendant trente-trois ans je vous ai cherché, mais je n’ai jamais vu votre visage, ni j’ai pu vous servir, mon Roi. Je ne vous ai jamais vu avant aujourd’hui. »
Jésus : « Toutes les fois que tu as fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que tu les as faites. »

Un éclat d’émerveillement et de joie illumina le visage d’Artaban tandis qu’un long et dernier souffle de vie s’échappa doucement de ses lèvres. Son voyage avait pris fin. Son trésor était accepté. Le quatrième Roi Mage avait rencontré le Roi.