Orantes
Présence contemplative au cœur du monde
Rien n’est bon comme le détachement de soi-même, rien n’est déplorable comme la paresse spirituelle, j’en sais quelque chose---------Offrez-vous tous les matins et ne vous reprenez pas dans la journée---P. François Picard///////Il y a toujours à supporter, et tout le monde fait supporter. Il faut savoir se supporter mutuellement avec beaucoup de bonté, de patience, mais en même temps d'austérité de langage, avec l'affection des personnes données à Dieu---------- Je voudrai que pour nous prière et acte d’amour fussent synonymes----Mère Isabelle

Seigneur, si jamais vous avez besoin d’un saint…

Humour et spiritualité

« Seigneur, si jamais vous aviez besoin d’un saint… sachez que vous avez une petite cruche à votre disposition… »

Seigneur, excusez-moi, si je vous dérange ! Il m’est venu tout à l’heure l’idée que vous aviez peut-être besoin d’un saint… Alors je suis venu pour la place, je ferai très bien l’affaire.

Quoi qu’on dise, le monde est rempli de gens parfaits. Il y en a qui vous offrent beaucoup de sacrifice et, pour que vous ne vous trompiez pas en comptant, ils les marquent avec une petite croix sur un carnet.

Moi, je n’aime pas faire des sacrifices. Cela m’ennuie énormément. Il y a aussi des gens qui se corrigent d’un défaut par semaine. Ils sont forcément parfaits au bout d’un trimestre. Moi, au bout d’une ou deux semaines, j’oublie. Alors je garde mes défauts en m’en servant le moins possible.

Les gens parfaits ont tant de qualités qu’il n’y a plus de place dans leur âme pour autre chose. Ils n’arriveront jamais à être des saints. D’ailleurs ils n’en ont pas envie… de peur de manquer à leur humilité.

Mais, Seigneur, un saint c’est une cruche vide que vous remplissez de votre grâce, qui déborde de votre amour, de votre sainte Trinité.

Or, Seigneur, je suis une cruche vide, avec un peu de boue au fonds. Ce n’est pas très propre, je le sais bien… Si vous ne voulez pas de moi non plus Seigneur, je n’insisterai pas. Réfléchissez pourtant à ma proposition, elle est sérieuse.

Rappelez vous que vous avez quelque part sur terre une petite cruche à votre disposition…

.

Cruche

« Avec votre tête, vous compliquez les choses simples. Avec mon coeur, je simplifie les choses compliquées » Jen XXIII

.

Les petites béatitudes

Bienheureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes : Ils n’ont pas fini de s’amuser.
Bienheureux ceux qui savent distinguer une montagne d’une taupinière: il leur sera épargné bien des tracas.
Bienheureux ceux qui sont capables de se reposer et de dormir sans chercher d’excuses : ils deviendront sages.
Bienheureux ceux qui savent se taire et écouter : ils en apprendront des choses nouvelles.
Bienheureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux : ils seront appréciés de leur entourage.
Heureux êtes vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses : vous irez loin dans la vie.
Heureux êtes vous si vous savez admirer un sourire et oublier une grimace : votre route sera ensoleillée.
Heureux êtes vous si vous êtes capables de toujours interpréter avec bienveillance les attitudes d’autrui même si les apparences sont contraires : vous passerez pour des naïfs, mais la charité est à ce prix.
Bienheureux ceux qui pensent avant d’agir et qui prient avant de penser : ils éviteront bien des bêtises.
Heureux êtes vous si vous savez vous taire et sourire même lorsque on vous coupe la parole, lorsque on vous contredit ou qu’on vous marche sur les pieds : l’Evangile commence à pénétrer votre coeur.
Bienheureux surtout vous qui savez reconnaître le Seigneur en tous ceux que vous rencontrez : vous avez trouvé la vraie lumière, vous avez trouvé la véritable sagesse.

Joseph Folliet